De l’utilisation fantasmée du mot « kalachnikov » : le cas Amine K.

La mort d’Amine K., assassiné par un « commando » dans une cité de Vitrolles le 20 mars 2014, est un cas difficile pour les journalistes. Comme tous les règlements de comptes, il incite à chercher des ressemblances avec d’autres affaires tout en respectant la singularité de l’événement. Pourtant, avant même que l’enquête ne commence, certains fait-diversiers ont tiré des conclusions hâtives. Auto-critique médiatique.

Lire la suite